Le Collège virtuel
 
perceptions et impacts pédagogiques
 

 

Cette recherche a pour objectif de cerner les impacts pédagogiques des services offerts par le Collège virtuel sur le déroulement des actes pédagogiques exercés par les étudiants et les professeurs.

 

Cet impact est analysé sous deux aspects :

 

1. perceptions des étudiants et des professeurs;

2. utilisation physique du Collège virtuel.

 

Des données numériques ont été recueillies à l’aide d’un compteur informatique auprès de l’ensemble des abonnés.

 

Concernant les deux aspects, l’administration d’une enquête informatisée et la tenue d’entrevues semi-dirigées ont alimenté de façon substantielle l’information contenue dans ce document.

 

Les résultats obtenus sont assez éloquents. En effet, tous les professeurs (100%) et presque tous les étudiants (88,8%) reconnaissent l’utilité des services offerts par le Collège virtuel dans tous les programmes. De manière générale, les étudiants perçoivent une plus grande utilité à un nombre plus large des services.

 

En terme d’utilité reconnue dans la phase préparatoire c’est-à-dire la préparation des cours et des études, l’accès à Internet (82,4% des répondants), au site du Collège virtuel (77,7%), aux sites départementaux (72,2%) et au courrier électronique (71,4%) sont particulièrement identifiés. Dans la phase exécutoire c’est-à-dire lors de la prestation de cours ou d’activités hors cours, ces résultats sont similaires chez les professeurs.

 

Il est étonnant de constater que l’utilité reconnue des services d’aide lors de la préparation des cours ou des études est absente chez les professeurs et inférieure à 50% chez les étudiants.

 

Quant aux services de communication, ceux-ci sont perçus de façon inégale. Les services de recherche documentaire et le catalogue électronique sont des outils reconnus par les professeurs (75%) et les étudiants (50%). Toutefois, le service de consultation de logiciels est uniquement apprécié par les étudiants (66,6%).

 

Quant à l’utilisation des services, nous constatons généralement une dichotomie entre la perception d’utilité des différents services et leur utilisation générale. Cette distinction se manifeste à des degrés divers tant chez les étudiants que chez les professeurs.

 

 

De façon globale, le Collège virtuel a cinq objectifs :

 

«L’implantation du collège virtuel vise les objectifs suivants :

- permettre aux étudiants d’intégrer les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans leurs apprentissages;

- favoriser des relations d’un nouveau type entre les étudiants et entre les étudiants et les professeurs;

- faciliter l’apprentissage collaboratif ; - accroître les ressources matérielles du réseau pédagogique en y intégrant les ordinateurs domestiques des étudiants, des professeurs et des autres membres du personnel du collège;

- permettre au collège de réserver en priorité l’utilisation de ses laboratoires aux étudiants qui n’ont pas accès à un ordinateur hors du collège. C’est d’ailleurs pourquoi les services du collège virtuel sont également accessibles de tous les laboratoires micro-informatiques du collège.»

 

Nous pouvons affirmer que les quatre premiers objectifs sont entièrement atteints chez les abonnés. Cette possibilité d’échanger de l’information entre les individus tant professeurs, étudiants, professionnels et administrateurs, incitent les personnes à intégrer les nouvelles technologies de l’information et de la communication dans leur quotidien respectif. Ainsi, les individus se familiarisent à leur propre rythme à cette nouvelle forme d’information, s’initient à l’informatique et peuvent, s’ils le désirent, approfondir davantage leurs connaissances. Sous divers aspects, un soutien est toujours présent grâce à l’accès rapide à certains services.

 

Nous assistons à la création d’un nouveau type de relation où la prémisse de base est le développement personnel et l’autonomie de la pensée. Un sentiment de perception de soi des plus positifs s’est développé chez les usagers. Les étudiants (75%) et les professeurs (80%) considèrent qu’ils sont plus compétents depuis leur accès au Collège virtuel. Cette grande aventure qu’est l’ouverture à un vaste domaine d’idées, de connaissances, d’approche personnelle, etc. a amené les usagers à découvrir d’autres centres d’intérêt; 81,3% des étudiants et 81% des professeurs ont su tirer profit de cette ouverture vers le monde. Toutefois, il serait souhaitable que tous les étudiants profitent de ces services.

 

Dans les temps à venir, à cause de la modernisation rapide du monde informatique, le Collège virtuel devra être soucieux d’actualiser son parc informatique et d’assurer un support technique humain et efficace.

 

 

Toutefois, il faudra porter une attention plus grande au dernier objectif. Même si quatre laboratoires sont d’accès libre, que les étudiants ont accès aux deux grandes technologies (IBM et Mac) et que les heures d’ouverture assurent une très grande accessibilité, le cinquième objectif n’est que partiellement atteint puisqu’aucune priorité n’est accordée aux étudiants «qui n’ont pas accès à un ordinateur hors du collège.»

À la lueur des différents constats, nous pouvons affirmer que les services du Collège virtuel sont un apport précieux dans le déroulement de l’acte pédagogique. Les nombreux services sont diversifiés et sont prêts à être exploités.

 

Il est maintenant temps de développer un «foyer pédagogique» où l’aspect technique ne serait plus dominant mais dominé.

 

 

E. Froment